Categories

Accueil > Blog > Haïti : des ministères 2.0 ?

3 décembre 2015
Eric Bernard

Haïti : des ministères 2.0 ?

Alors que la course à la présidence bat son plein en Haïti, il est intéressant de faire le point sur l’état actuel de la communication 2.0 des ministères, afin de voir par la suite si des évolutions se produisent (#oupas).

Trouver les sites web des ministères n’est pas si simple que cela. Le site web de la primature en indiquant le nom de chaque ministre en face de son ministère propose bien un lien hypertexte pour chacun des ministères concernés (hors ministres délégués), et un premier constat s’impose. La moitié des liens proposés ne pointent sur rien. Sur les 9 ministères restants, seuls 6 sont accessibles avec l’adresse et le lien ainsi proposé.

Ce qui ne veut pas dire que les ministères n’ont pas de sites web, juste qu’il est plus difficile de les trouver. Au total et en cherchant bien, sur 19 ministères, 12 ont des sites web fonctionnels à la date du 1er décembre 2015, soit un peu moins des deux tiers.

Cela indique-t-il un désintérêt des ministères haïtiens pour la communication numérique ? Pas du tout. Curieusement, leur communication numérique est orientée web 2.0 sans support de site web. Même si leur site web – quand il existe – ne l’indique pas toujours, les ministères Haïtiens sont bien plus présents sur Twitter et Facebook qu’ils n’ont d’existence sur le web.

Une forte présence sur Twitter…

Le premier ministère à ouvrir son compte a été celui de l’Economie et des Finances, le 16 mai 2012 très vite suivi le 5 juin par l’ouverture du compte du Ministère de l’Agriculture.. Avec la création le 4 septembre 2015 du compte du Ministère des Affaires Etrangères, tous les ministères Haïtiens sont présents sur Twitter aujourd’hui.

Aujourd’hui les trois premiers comptes Twitter des ministères les plus importants en nombre d’abonnés (et logiquement aussi en nombre de messages postés) sont celui du Ministère de la Communication, celui du Tourisme et celui de l’Environnement.

Compte tenu de leur nombre d’abonnements souvent limités, ces comptes servent avant tout à diffuser de l’information et peu à faire de la veille, à quelques exceptions près (Justice, Economie ou Planification).

… et sur Facebook

Les ministères Haïtiens sont également très présents sur Facebook, et ils ont bien raison car ce sont là où les internautes haïtiens seront les plus présents. A l’exception du Ministère de la Condition Féminine, tous les autres ont une page, ou pour deux d’entre eux (Justice et Santé), un profil (avec possibilité d’abonnement pour le Ministère de la Santé).

Si au total, ce sont 87 200 abonnés qui suivent l’ensemble des comptes Twitter des ministères, Facebook en totalise trois fois plus : près de 250 000 abonnés pour l’ensemble des pages. Une page hors gabarit fausse un peu ce chiffre puisqu’à elle seule, la page Facebook du Ministère du Tourisme accueille près de 140 000 abonnés !

Même si on retrouve le trio de tête du palmarès Twitter dans les quatre pages les plus importantes sur Facebook, il n’y a pas de corrélation directe entre la présence sur ces deux médias. Ainsi, le Ministère de l’Education a plus de 5 000 abonnés sur Twitter et moins de 300 sur Facebook, alors qu’à l’inverse le Ministère des Travaux Publics a moins de 200 abonnés sur Twitter et plus de 12 000 sur Facebook.

Et même sur d’autres médias sociaux

Bien qu’il soit plus difficile de s’assurer de l’exhaustivité des données sur les autres médias, ont peut constater que près d’un tiers des Ministères proposent une chaîne Youtube.

Si un seul ministère (le Tourisme) est apparemment actif sur Flickr, au moins quatre d’entre eux sont présents sur Instagram (Tourisme, Education Nationale, Culture et celui de la Planification).

On peut regretter l’absence des Ministères Haïtiens sur LinkedIn, mais c’est vrai que disposer d’une page institutionnelle sur LinkedIn est plus complexe. Ce serait cependant une manière d’avoir une communication plus ciblée vers les professionnels.

En résumé, les Ministères Haïtiens sont très présents sur les outils web 2.0 et ce billet est l’occasion de féliciter les Community Managers de ces Ministères pour leur travail.

Tout est parfait dans le meilleur des mondes ? Pas encore car il manque une synergie entre ces médias, une présence web qui propose vraiment du contenu de qualité partageable, plus de visibilité pour chacun de ces outils et sans doute une plus grande diffusion partagée des contenus entre les ministères. Mais l’établissement de réelles stratégies de communication 2.0 qui prendraient ces évolutions en compte est certainement à venir. Du moins peut-on l’espérer pour une meilleure communication entre les citoyens et leurs ministères.

Et pour ceux qui veulent la liste de l’ensemble des références trouvées et utilisées pour cet article (compte Twitter, page Facebook, Instagram ou Youtube des Ministères) le document Excel ci-joint vous les propose.

Naviguer

Les leçons d’un piratage (re)Découverte des TICs en France

Partager