Categories

Accueil > Archives AK-Dev > [Archive AK-Dev] Longue traîne et référencement

17 août 2009
Eric Bernard

[Archive AK-Dev] Longue traîne et référencement

Être trouvable facilement en tête des moteurs de recherche est un objectif de tous les sites. Souvent, on vérifie cela en tapant les mots sur lesquels on voudrait que notre site soit trouvable parce que c’est le cœur de métier ou la mission principale de l’organisation. Et on est souvent déçu. Or non seulement il est souvent normal de ne pas trouver son site sur les mots clés auxquels on s’attend, mais en plus ce n’est pas grave et il faut plutôt penser le référencement différemment.

Une organisation, son site et ses mots clés

Si une organisation travaille sur une niche extrêmement étroite et qu’elle est seule sur ce créneau, les mots clés de cette niche devraient permettre à cette organisation d’avoir son site en premier sur les moteurs de recherche. Une recherche sur "politique éducative en Afrique" renvoie en premier sur le site du Pôle de Dakar, institution spécialisée en la matière, parmi à peine 350 000 résultats.

Le plus souvent pourtant, quel que soit leur impact réel sur le terrain, les organisations ne bénéficient pas du même positionnement.
Une organisation travaillant sur le développement des médias en Afrique devra trouver sa place parmi les 3,9 millions de réponses à la requête "média afrique". Certes, ce chiffre diminue lorsque la recherche se fait plus précise : "appui aux médias en Afrique" ne renvoie "que" 508 000 réponses. Mais nous rentrons déjà là dans des requêtes spécifiques.
Une organisation travaillant sur l’environnement au Sénégal se heurtera à 2,6 millions de résultats si bien sûr "Sénégal" n’est pas oublié (car sinon ce sera 60 millions de résultats). Parmi ces résultats, on trouvera en bonne place les plus gros sites (ceux qui ont de bonnes chances d’avoir énormément de pages consacrées au sujet, même si ce n’est pas leur objectif principal, les ministères du secteur, les médias, et les sites à grande fréquentation tels que Wikipedia. Les mots clés les plus évidents sont aussi sont qui sont les plus disputés.

Dans cette compétition, les très petits sites (disons ceux qui font moins de 15 000 visites par mois), ont très peu de chance de se positionner car Google, par exemple, donne une priorité aux sites les plus visités et les plus reconnus sur un thème, et donc moins on est visité, moins on a de chance d’être présent en bonne position sur ce moteur... et moins l’on est visité.

La longue traîne

La longue traîne est le principe selon lequel une multitude de petits résultats sur beaucoup d’éléments cumulés font plus au total que des gros chiffres sur peu d’éléments. Depuis l’application au domaine du web en 2004 de cette loi statistique bien connue, on trouve des longues traînes partout. Et évidemment dans le référencement.

Car le fait est que les mots clés les plus utilisés pour trouver un site web représentent très peu du total des visites apportées par les moteurs de recherche.

JPEG - 4.4 ko

La courbe ci-contre (cliquer dessus pour l’agrandir) montre la répartition des mots clés sur un an pour ce blog. 1818 mots clés ont généré 2668 visites. Les 10 premiers mots clés ont amené 12% de ces visites seulement. Et parmi ces mots clés aucun n’est de ceux que je penserai évident pour définir ce blog. Ces derniers sont d’ailleurs relégués à la 152e place, et n’ont pas d’impact significatif sur les visites. Comme je le disais précédemment, ceci est normal, puisque ce blog n’est pas trouvable par ces mots-clés en tête des moteurs de recherche.

Plus une page sera spécifique, plus elle aura de chance d’être bien positionnée. Ainsi ce billet n’a aucune chance d’être bien positionné sur les mots clés "longue traîne référencement" qui est pourtant son titre et dont la recherche ne donne "que" 247 000 résultats. Simplement parce que seront présents en premier les sites spécialisés et les auteurs faisant autorité en la matière. Par contre, mon billet pourtant très récent sur le réseau social Livemocha se positionne troisième [1] sur la recherche "Livemocha", juste après le site lui-même. Simplement parce que pratiquement personne n’a encore écrit en français sur le sujet alors qu’il y a 1,5 millions de résultats sur cette recherche. Il est donc indispensable d’avoir des articles précis et de réfléchir aux termes utilisés et répétés au sein de chaque article. Car si la répétition d’un même mot-clé favorise le positionnement sur ce mot clé, l’utilisation de synonymes favorise la longue traîne.

Le fait à retenir est que moins le site est connu, plus la longue traîne est importante à considérer. Un site ayant à peu près 100 000 visites annuelles apportées par les moteurs de recherche (voir ce graphe issu d’un article et de ses commentaires qui m’ont beaucoup servis pour initier ce billet) aura une courbe beaucoup plus tassée vers les premiers mots clés, dont les 20 premiers peuvent apporter 25% du trafic. Pour un site tel que ce blog, avec beaucoup moins de visites, les 25% ne sont atteints qu’avec le 61eme mot clé.

Ne pas vouloir se positionner sur les mots clés évidents serait une erreur. Ne se concentrer que sur eux, en serait une autre. Il y a deux stratégies complémentaires à adopter, l’une concernant le site en général et son référencement (la partie la plus statique du site et sa structure technique le permet, la répétition des mots clés...), l’autre concernant le contenu dynamique du site (la spécificité, l’utilisation de synonymes...).
Chaque actualité est une petite pierre qui amène peu de lecteurs, mais elle est cumulative dans le temps et parce qu’elle permet d’être plus précise que le site dans sa globalité, c’est elle qui fera au bout du compte, le succès du site.

info portfolio

Notes

[1sur Google Sénégal, 5ème sur Google France

Naviguer

[Archive AK-Dev] Statistiques serveurs et statistiques par marqueurs : pourquoi de telles différences ? [Archive AK-Dev] La toute puissance des opérateurs

Partager